Syndicat CGT des Personnels Administratifs, de la Culture et de Service de la ville de Paris.
Vous pouvez contacter les militant.e.s de notre syndicat lors des permanences que nous proposons le lundi matin et le jeudi après-midi à la Bourse du Travail 4 étage - Bureau 403 3, rue du Château d'eau - 75010 Paris
Tel : 01 44 52 77 20
Fax : 01 44 52 77 20
Adresse Mail : contact@cgt-pacs.fr
Actualités par années :

Boycott du CTP, ALG en grève... NON aux nouveaux cycles de travail

Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans _menu_load_objects() (ligne 579 dans /homepages/34/d169115105/htdocs/us_2013/includes/menu.inc).
Jeudi, 20 Novembre, 2014 - 23
ALG en grève le 25 novembre

Le 19 novembre dernier, l'Administration a reçu le syndicat des Personnels Administratifs et de Service, dans le cadre du préavis de grève déposé par notre syndicat pour dire NON au projet de changement de rythmes de travail des ALG.

Pour tenter de nous convaincre des avantages de leur réforme, les trois Directeurs Généraux Adjoints (DGA) des mairies faisant l’expérimentation sont venus vanter leur nouveau système, qui parait-il, convient parfaitement aux agents concernés.
Alors que depuis plus d’un an, le comité de suivi de cette expérimentation n’a pas revu ces agents, l’administration prétend qu’ils sont ravis de cette réorganisation. Et bien entendu, ils le font savoir par la voix de leurs DGA. Quelle preuve en effet !!!

Pour les agents qui ne sont pas encore dans ce processus, s’ils sont réticents, c’est qu’ils n’ont pas compris que l’administration fait ça pour leur bien !

En effet, la nouvelle réorganisation aurait permis aux agents d’avoir des temps de récupération lorsqu’ils font des heures supplémentaires. Mais c’est faux !

Nous savons que la ville ne respecte pas la loi depuis trop longtemps. Elle devrait déjà s'attacher à permettre aux agents faisant des heures supplémentaires de ne pas travailler plus de 10h sur une amplitude d'une journée de 12h.
Elle devrait aussi veiller à ce que les agents puissent avoir un minimum de 11h de repos entre 2 jours travaillés et de 35h le week-end.

La loi précise, en effet, qu’un agent qui commence à 8h30 ne doit pas finir plus tard que 20h30 (heures supplémentaires comprises) et doit donc avoir 2h de pause pas forcément consécutives au cours de cette journée.
Dans le cas où un agent est prévu sur une manifestation en soirée jusqu’à 22h30,  il ne devra pas commencer sa journée avant 10h30 et devra récupérer le lendemain en ne commençant qu’à 9h30.

Mais sous couvert de respecter la loi sur le temps de travail, ce qui compte surtout pour l'administration c'est de réduire le montant des heures supplémentaires payées. La conséquence directe pour les agents c'est une perte de salaire !

Nous avons également interpellé l’administration au sujet des enveloppes budgétées par Mairie, pour le paiement des heures supplémentaires.
En effet, selon nous, cela incitera fortement à la réduction de celles-ci.
Comme pour les primes, chaque directeur s'attachera à ne pas dépasser le montant qui leur sera alloué pour payer les heures supplémentaires sur l’année.
Il est probable que cela finisse en calcul d’apothicaire au quart d’heure près…

Cette décision viendrait, visiblement de la DRH contrainte de faire des économies sur la masse salariale (mais pas sur les petits fours lors des réceptions bien sûr !!!) suite à la politique budgétaire de Mme Hidalgo et n’aurait rien à voir avec le projet.

C’est donc par un heureux hasard que cette nouvelle restriction budgétaire imposée, une fois encore, sur les bas salaires de la Ville correspond à la tentative de passage en force de l’administration avec son projet.

Pourtant, au quotidien, pour les ALG  on en demande toujours plus, plus de compétences, plus d’effort pour faire tourner la boutique... Mais en retour, pas un centime de plus !

Et au contraire, on nous demande encore de nous adapter, de changer nos rythmes de vie pour satisfaire leurs économies de bout de chandelle car si on en croit les responsables de la DDCT ce projet n’est pas fait pour gagner de l’argent sur le dos des agents.

Pour autant que leur projet semble bien ficelé, l’administration n’est pas, pour autant, convaincue elle-même qu’il puisse aboutir. Lâchant même : « si ce projet est voté un jour … ».

Nous, à la CGT, sommes persuadés que cette réforme est néfaste pour les ALG.

C'est pourquoi, nous avons d'ores et déjà interpellé nos collègues des autres organisation syndicales qui siègent également au CTP de la DDCT. Nous leur avons demandé de se positionner clairement contre ce projet et nous les avons invités au boycott de la séance du CTP prévue le 25 novembre 2014.

Il est important pour nous que les organisations syndicales fassent savoir à l'administration, d’une même voix,  que personne ne veut de cette réforme.

Cet appel a été entendu puisqu’aucune organisation syndicale ne participera à ce CTP.

Pour autant, tout n’est pas terminé !

L’administration n’a pas retiré son projet et seule une mobilisation massive des agents le 25 novembre permettra de montrer réellement que personne ne veut de ce projet  !!!

Nous pouvons encore pousser l'Administration à abandonner cette réforme qui nuit à notre vie personnelle (pour l’instant, c’est nous qui décidons quand nous souhaitons finir plus tard ou pas !), à nos charges de travail (installer une salle à 5 collègues, c’est quand même mieux qu’à 2 !), à nos salaires (avec leur ridicule prime 63€ brut par mois, le compte n’y est pas !)…

La Ville se moque de nous une fois de plus ! … Alors, une fois de plus, montrons lui, nous aussi, comme le 8 octobre 2013, qu’elle n’aura pas le dernier mot !!!

Tous ensemble,  ALG des mairies d’arrondissement, disons NON, NON ET NON, nous ne voulons pas de cette réforme : ni hier, ni maintenant, ni plus tard !

Cette réforme de changement de rythmes de travail, les ALG n’en veulent pas.
Il faut juste le leur faire savoir tous ensemble !

Pour le retrait du projet :

Nous serons tous en grève
et présents au rassemblement
devant l’hôtel de Ville,

le mardi 25 novembre à 14h.

Lien sur fichier en PDF :