UGICT-CGT Syndicat des Cadres et Techniciens Parisiens des Services Publics Territoriaux
2eme étage Bureau 217 Bourse du Travail 3, rue du Château d'eau - 75010 Paris.
Tel : 01 44 52 77 13
Fax : 01 44 52 77 29
Actualités par années :

Lettre ouverte au directeur de la Direction de l’Urbanisme

Jeudi, 21 Août, 2014 - 12
Lettre ouverte au directeur de la Direction de l’Urbanisme

Le syndicat CGT des Cadres et Techniciens et le syndicat CGT des personnels administratifs et de Service de la Ville de Paris ont décidé d'interpeller Mr Claude PRALIAUD directeur de la Direction de l'Urbanisme à propos des risques sanitaires et de sécurité pour les agents de l’immeuble T8.

Objet : Risques sanitaires et de sécurité pour les agents de l’immeuble T8. Paris, le : 11 août 2014

Monsieur le Directeur

Nous portons à votre attention les nombreux dysfonctionnements qui nous ont été signalés concernant l’hygiène et la sécurité de l’immeuble T8, situé 121 avenue de France, dans lequel ont emménagé la Direction de l’Urbanisme et la Direction de la Voirie et des Déplacements en juillet 2014.

  • Plusieurs salles (1 par étage à partir du 3ème étage – numéros -21RT) présentent un danger pour les usagers, en raison de la présence d’une gaine horizontale à hauteur d’homme, à bords coupants (risque de blessure crânienne suite à collision entre le bord effilé de la gaine et la tête de l’usager). La CGT demande la fermeture immédiate de ces salles, dans l’attente de travaux de neutralisation des gaines dangereuses.
  • Pannes dans les circulations : Une collègue est restée bloquée dans 1 ascenseur 1 soir durant 3 heures (de 21h à 24h), les agents de sécurité ne parvenant pas à en ouvrir les portes. L’ouvrage défectueux est ensuite resté condamné plusieurs jours. Le tourniquet de l’ouverture côté promenade Lévi Strauss n’a jamais fonctionné ; la porte automatique de sortie est en panne. Il a fallu la condamner. Nous demandons la réparation de ces ouvrages (déjà) en panne, et la révision générale des portes automatiques et ascenseurs. Nous rappelons qu’en cas d’alerte - incendie par exemple – des dysfonctionnements de portes automatiques pourraient avoir des conséquences désastreuses.
  • Sécurité incendie : Les agents ont dû évacuer l’immeuble 2 fois en 1 semaine, suite à ce qui leur a été présenté comme de « fausses alertes ». Ces incidents pour le moins étranges nous conduisent à vous rappeler qu’à ce jour aucun contrôle de sécurité incendie n’a été effectué par les pompiers dans l’immeuble, malgré nos demandes répétées. De plus, nous avons constaté que les évacuations de l’immeuble suite à ces « fausses alertes » se sont déroulées dans la confusion la plus totale : pas de responsable d’étage et de compartiment pour diriger les agents, personnes handicapées non secourues, une porte d’accès dans le hall à demi bloquée (risque de panique), pas de points de rassemblements à l’extérieur… Nous demandons qu’il soit mis fin sans attendre à ces manquements, par la visite des locaux par les pompiers et l’organisation d’exercices d’évacuation dignes de ce nom.
  • L’absence de filtrage suffisant des visiteurs au rez-de-chaussée Aucun agent de sécurité n’est présent au rez-de-chaussée de l’immeuble pour filtrer les visiteurs. Le filtrage est assuré par les portes automatiques à chaque étage, et pas au pôle Accueil et Service à l’Usager. Résultat : les visiteurs, même non munis du passe délivré par les agents d’accueil, peuvent gagner les étages et entrer à la suite d’un agent dans les locaux en étage… tous non munis de serrure. Le filtrage doit être revu, et les bureaux équipés de serrures.
  • Le rafraîchissement d’air : Il a posé problème dès l’entrée des agents dans les locaux : visiblement défectueux, voire en panne, dans plusieurs bureaux, il a nécessité de nombreux réglages, durant ce dernier mois. A ce jour, plusieurs locaux, à commencer par la cantine, sont clairement trop réfrigérés. Par ailleurs, depuis l’entrée des agents à T8, de nombreux cas de rhino-pharyngites, rhinites, angines, migraines, conjonctivites nous ont été signalés, dont deux cas critiques de forte fièvre, l’un des deux ayant nécessité une hospitalisation de plusieurs jours. Indépendamment des problèmes de santé endurés par les personnels, une telle situation, si elle devait perdurer, pourrait entraîner une rupture du fonctionnement du service public. Nous demandons que le système de climatisation fasse l’objet d’une révision générale dans les meilleurs délais, et qu’une étude sur les répercussions de ce système sur la santé des agents soit effectuée. Nous rappelons la revendication de l’intersyndicale, portant sur la suppression de la climatisation imposée, et la possibilité d’ouvrir les fenêtres dans chaque bureau.
  • Odeurs puantes dans l’escalier desservant la cantine Elles sont dues aux effluves provenant des locaux de poubelles, qui semblent très mal ventilés. Remontant jusqu’aux étages supérieurs (bureaux les plus proches des sorties), ces odeurs sont susceptibles d’entraîner des problèmes de salubrité. L’Administration doit procéder à tous travaux adéquats pour mettre fin à ces désordres.
  • Pannes et dysfonctionnements dans les WC L’éclairage automatique de certains WC s’est (déjà) révélé en panne, plongeant les usagers dans l’obscurité totale (WC sans fenêtres et avec porte se refermant automatiquement). Par ailleurs, les WC des personnes handicapées, au demeurant mal isolés (vue imprenable depuis le couloir et les bureaux proches sur la cuvette du WC), sont équipés d’une porte dont l’ouverture nécessite, pour une personne en fauteuil roulant, une force peu commune. Dans le cas contraire, la personne est privée de WC… Il est urgent de remédier à ces désagréments.
  • Bureaux sombres Comme nous l’avions malheureusement prévu, T8 n’a pas une capacité suffisante pour héberger les deux Directions concernées. Résultat : dans certains bureaux, situés généralement sur patio, « dans la vague », les agents doivent s’entasser dans des locaux trop sombres, ou (et) dans des passages transformés en bureaux, et (ou) avec présence d’imposants piliers faisant obstacle à la lumière. Certains agents sont coincés face au mur et dos à la porte... Quelles seront les conséquences sur la santé des collègues concernés ?
  • Signalétique Elle est plutôt surprenante : chaque étage compte plusieurs numéros de bureaux identiques ; seuls les différencient les lettres qui suivent le numéro. En l’absence d’affichage des Services sur les murs, ne parvenant pas à identifier les bureaux, dans des couloirs uniformes qui s’apparentent à un labyrinthe, les usagers s’égarent dans cet univers Kafkaïen. Les parois de la cantine côté couloir imitent une vague, en verre transparent. En l’absence d’éléments visuels contrastés (graphismes par exemple) permettant de les repérer, tout agent mal voyant, ou simplement dans un moment de distraction, peut s’y cogner, au risque de se blesser. Cela s’est déjà produit…. Une révision de la signalétique s’impose dans les meilleurs délais.

Il semble que les agents ont emménagé trop tôt, dans des locaux dont l’installation n’avait pas été contrôlée, tant au plan de la sécurité que de celui de la salubrité.

Nous vous remercions donc de bien vouloir remédier dans les meilleurs délais aux dysfonctionnements ci-dessus décrits, susceptibles d’entraîner de sérieux risques pour les agents, et de perturber durablement le service public rendu aux parisiens.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur, l’assurance de notre considération distinguée.

Pour la CGT, Barbara PRETI Catherine BONNIN Elisabeth DUPUIS

Copie à Monsieur POISSON, chef de l’agence de gestion avenue de France Copie à Monsieur Jacques BAUDRIER, Conseiller auprès de l’Adjoint à la Maire de Paris chargé de l’urbanisme

 

Lien sur fichier en PDF :