UGICT-CGT Syndicat des Cadres et Techniciens Parisiens des Services Publics Territoriaux
2eme étage Bureau 217 Bourse du Travail 3, rue du Château d'eau - 75010 Paris.
Tel : 01 44 52 77 13
Fax : 01 44 52 77 29
Actualités par années :

VICTOIRE DES CATACOMBES - COMMUNIQUÉ CGT-SUD - DES RÉPONSES À NOS REVENDICATIONS

Jeudi, 21 Juin, 2018 - 05
LA VICTOIRE DES CATACOMBES - COMMUNIQUÉ CGT - SUD

COMMUNIQUÉ CGT - SUD 


LA VICTOIRE DES CATACOMBES !

 

 

Vendredi 15 juin dans l’après-midi, le protocole de fin de conflit a été signé par les représentants CGT et SUD. Après la dernière réunion de négociations du jeudi 14, les propositions de la direction ont paru satisfaisantes aux agents grévistes.

 

Les syndicats parisiens CGT Cadres et Techniciens et SUD CT75 s'opposent à la dérive libérale des politiques d’austérité, qu'elle serve à nourrir la rente financière ou les carrières politiques opportunistes. Sa logique mortifère ne nous autorise aucun compromis, qui se ferait nécessairement sur le dos des fonctionnaires.

 

Face à la création artificielle de la dette qui ne sert qu'à culpabiliser les travailleuses et les travailleurs, et à justifier les coupes récurrentes dans les services publics, face à la pression sur les salaires, les rythmes et les conditions de travail, ils répondent par l'action directe aux côtés des agents déterminés, en leur fournissant les moyens de la grève reconductible illimitée.

 

Au-delà, ils combattent au quotidien les organisations du travail défaillantes et les encadrements toxiques. Ils agissent avec la même détermination pour que s'appliquent dans les faits toutes les libertés fondamentales.

 

Pour qu'advienne un monde du travail dont nous soyons fier-e-s et qui contribue au bonheur de toutes et tous :

 

 

 

LA VICTOIRE ! ET DES RÉPONSES CONCRÈTES À NOS REVENDICATIONS !


Vendredi 15 juin dans l’après-midi, le protocole de fin de conflit a été signé. Après la dernière réunion de négociations de jeudi, les propositions de la direction nous ont paru satisfaisantes.


Sur les questions salariales, nous obtenons le triplement de la prime de pénibilité et l’harmonisation par le haut des salaires des collègues ex-vacataires (qui touchaient jusqu’à présent 150 euros de moins chaque mois par rapport aux ex-contractuels).


Sur les questions, plus épineuses, d’effectifs, nous n’obtenons pas l’ensemble des recrutements que nous avions réclamés. Cependant nous arrachons 6 nouveaux postes, ce qui dans le contexte actuel et la politique vis-à-vis des recrutements de fonctionnaires constitue une avancée considérable.

C’est donc avec une énorme fierté que nous sortons du conflit.


Fierté car nous avons réussi par notre détermination à imposer nos demandes face à une administration (Paris Musées et derrière lui M. Julliard et Mme Hidalgo) qui jusqu’à présent n’avait jamais plié.


Fierté car nous faisons la démonstration à tous que par la grève, on peut gagner des avancées. Face aux organisations syndicales qui nous disaient que nous allions « dans le mur », qui nous conseillaient plutôt de retourner à la niche et d’attendre qu’ils règlent les problèmes pour nous, nous n’avons pas lâché le morceau et obtenons ce que jamais personne n’avait obtenu face à Paris Musées.


Fierté enfin car dans la situation actuelle, où on voudrait presque qu’on s’excuse de coûter un salaire aux entreprises et administrations, où les conditions de travail se dégradent partout, où le « dialogue social » se réduit de plus en plus à un « marche ou crève », nous avons montré qu’une poignée d’agents peut gagner
un combat. Réunis dans un fonctionnement démocratique en assemblé générale, nous avons adopté une stratégie inhabituelle dans les musées de Paris : la grève reconductible illimitée jusqu'à satisfaction. C’est cette pression constante sur la direction qui nous a permis de gagner.


Nous remercions tous les soutiens qui nous ont appuyé au long de cette lutte, agents et des musées, postiers en grève, EJE (Educateurs Jeunes Enfants) en grève, cheminots en grève, syndicalistes des musées et de la Ville de Paris, habitants et militants du XIVe arrondissement, cataphiles, organisations politiques, élus, ... spéciale dédicace à nos camarades de L'EHESS, la perche tendue et la caméra au poing. Leur aide militante, morale et financière nous a fait un grand bien et nous a aidé à croire en nos forces.


Nous soutenons les frères et sœurs de combat que nous avons rencontrés, ceux qui restent en lutte aujourd’hui où nous reprenons le travail : les grévistes de Vélib, les postiers du 92, les cheminots, les étudiants et lycéens...


Nous sommes à leur disposition pour la suite, et à celle de tous ceux qui souhaitent se battre pour défendre leurs droits ou en gagner de nouveaux, aussi bien à la Ville de Paris qu’ailleurs.

 

SEULE LA LUTTE PAYE !

Lien FaceBook des CATACOMBES


 

Lien sur fichier en PDF :