UGICT-CGT Syndicat des Cadres et Techniciens Parisiens des Services Publics Territoriaux
2eme étage Bureau 217 Bourse du Travail 3, rue du Château d'eau - 75010 Paris.
Tel : 01 44 52 77 13
Fax : 01 44 52 77 29
Actualités par années :

Plan d’économie pour 2015 de la municipalité Hidalgo ? Pas question !

Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans _menu_load_objects() (ligne 579 dans /homepages/34/d169115105/htdocs/us_2013/includes/menu.inc).
Mercredi, 26 Novembre, 2014 - 16
Plan d’économie pour 2015 de la municipalité Hidalgo ? Pas question !

Le 29 septembre dernier, la maire Mme Hidalgo a annoncé un plan d’économie entre 130 et 180 millions d’euros sur le budget de fonctionnement de la ville. “Ces économies concernent des fonctions support de la ville qu’on peut mutualiser et regrouper, je pense à des fonctions de communication, à des fonctions RH, d’études”, a précisé Anne Hidalgo. Bizarrement, tout en évoquant la possibilité de ne pas remplacer de fonctionnaires partant à la retraite, la Maire de Paris n’a pas évoqué les non renouvellements de CDD qui se multiplient, préférant surement ne pas dévoiler un plan social prévisible dès 2015.

Concrètement ?

Cet été, la municipalité a mené à marche forcée une réorganisation des services : passage de 27 à 20 directions, mutualisation et fusion de services. Dans les directions :

DDCT : Dans les instances et dans la grève le 26 juin, la CGT et le personnel avaient alerté sur des points qui aujourd’hui se matérialisent : une désorganisation plus grande, une déconnection plus forte entre les grandes orientations de la DDCT et le travail réel des agents, le redéploiement et la disparition d’emploi dans le domaine des fonctions supports des directions d’origine et donc une surcharge de travail accrue ou de polyvalence forcée. Sans compter qu’il faut toujours faire plus avec un manque d’effectifs et des non titulaires précarisés par des réductions ou des fins de contrats.

DPA : même si cette direction n’était pas fusionnée, la direction a imposé une fusion de services, entérinant de fait la suppression de trois postes. Et elle prévoit le passage de 13 SLA (Sections Locales d’Architecture) à 10, avec en ligne de mire la suppression des postes doublons, les mutations forcées, l’éloignement des agents de leurs établissements d’intervention.

A la DLH, ce sont 10 postes qui seraient rendus sur les 200 de la direction ! Dans un service de 10 agents, 3 départs en retraite ne seraient pas remplacés !

DASES : chaque réorganisation entraine son lot de suppressions de postes et de non remplacement de postes vacant. Cet été, il y eu la Fusion EI/CAPI, la réforme SRH, l’élargissement des horaires des centres de santé à la sous-direction de la santé… et maintenant : la réorganisation des services sociaux scolaires et des laboratoires. En pleine explosion des besoins sociaux, la direction a annoncé une diminution de 4% de la masse salariale en 2013 et déjà 27 postes de moins annoncés pour 2014, alors qu’il manque au moins 16 travailleurs sociaux dans les services déconcentrés ! C’est autant de souffrance au travail pour les agents et moins de service public pour les parisiens précarisés par la crise.

Bref, dans toutes les directions, dans tous les services, c’est un véritable bouleversement.

Mais ce ne sont que les premières conséquences de l’application du Pacte de Responsabilité, qui vise à réaliser 11 milliards d’euros d’économie sur les 3 prochaines années. Ce ne sera donc pas suffisant. Car la prochaine étape sera la création des Métropoles et la réforme territoriale. Avec celles-ci, les agents pourront être basculés dans des structures de droit privé, il sera possible de déroger au statut des agents.

Les conséquences ?

  • Dégradation de nos conditions de travail, par la mise en concurrence avec des salariés avec de multiples statuts (territorial, parisien, voire privé), et n’ayant pas les mêmes garanties que nous, soumis à une pression bien plus importante.
  • Dégradation des services publics rendus, l’éloignement des services des usagers, l’augmentation des tarifications, etc.
  • Un plan social déguisé de milliers de non-titulaires, le licenciement demain de fonctionnaires (comme en Grèce !), et la délégation au privé de plus en plus de missions.

Et nous avons déjà des exemples de ce que la métropole du Grand Paris va créer : Des collègues sont déjà impactés là où les métropoles se mettent en place comme à Lyon. Ainsi, les agents concernés par la mise en place de la Métropole du Grand Lyon étaient en grève le 6 novembre pour protester contre les suppressions de postes et l’harmonisation vers le bas des conditions de travail, faisant fi des acquis des personnels de chaque collectivité (temps de travail, rémunération, emplois..).

Voilà pourquoi il est temps de mettre un coup d’arrêt à cette politique. Pour la défense de nos conditions de travail, de notre statut, des services publics :

  • Retrait du Plan d’économie de la municipalité
  • Non à la création de la Métropole du Grand Paris
  • Retrait du Pacte de Responsabilité

Pour faire face à ces attaques et être plus fort pour résister, 
rejoignez-nous, agissons ensemble !

Pour vous défendre, défendre vos conditions de travail,
votre statut, pour défendre les services publics parisiens,

votez CGT le 4 décembre prochain !

Lien sur fichier en PDF :