UGICT-CGT Syndicat des Cadres et Techniciens Parisiens des Services Publics Territoriaux
2eme étage Bureau 217 Bourse du Travail 3, rue du Château d'eau - 75010 Paris.
Tel : 01 44 52 77 13
Fax : 01 44 52 77 29
Actualités par années :

Communiqué des ingénieurs des travaux

Mardi, 7 Avril, 2015 - 15
Communiqué des ingénieurs des travaux

Cela fait plus de deux mois que la CGT a adressé un courrier à la Direction des Ressources Humaines. Elle n’a pour l’instant obtenu aucune réponse. A quelques jours de la Commission Administrative Paritaire (CAP) relative au corps des ingénieurs des travaux, la section CGT des ingénieurs se voit confirmer les
interrogations soulevées dans ce courrier.

Nous déplorons le très faible nombre de promotions 2015 sur lesquelles la prochaine CAP devra se prononcer : seulement 17 promotions au grade de divisionnaire sur 151 ingénieurs promouvables ! De même, le nombre d’ingénieurs divisionnaires accédant à l’emploi de chef d’arrondissement est dérisoire :

11 nominations sur 166 ingénieurs remplissant les conditions d’accès à l’emploi ! A ce rythme, une grande proportion d’ingénieurs remplissant les conditions ne seront jamais chefs d’arrondissement.

D’ailleurs, les propositions de promotions et nominations de l’administration, montrent que des ingénieurs promouvables depuis plusieurs années ne sont même pas proposés !

L’administration se prononce pour la « transparence ». La CGT veut son application. Le meilleur moyen d’y parvenir, c’est l’égalité entre les ingénieurs et la condition de cette égalité, c’est 100 % de promouvables promus !

C’est ce que portera la CGT en 2015, année de renégociation des ratios promus/promouvables pour la période 2016-2018.

La condition de la négociation passe par une réponse de l’administration aux interrogations adressées à la Direction des Ressources Humaines :

Trois postes seulement sont ouverts en 2015 au concours (professionnel et public) d’accès au corps d’ingénieur des Services Techniques contre huit en 2008 alors que l’effectif des ingénieurs ST est passé de 233 en 2008 à 213 en 2014. 10 postes seulement ouverts pour 2015 au concours externe d’accès au corps des ingénieurs des travaux contre 18 en moyenne ces dix dernières années.

A l’heure où de plus en plus d’ingénieurs TP sont affectés à des postes anciennement occupés par des ingénieurs ST, où des techniciens en chef sont affectés à des postes d’ingénieurs TP, nous sommes inquiets. Cette évolution dégrade les conditions de travail des agents, remet en cause notre statut et nos qualifications et n’a comme argument que la diminution de nos rémunérations.

Pourquoi n’y a-t-il que 3 postes pour le concours d’accès au corps d’ingénieur des Services Techniques ?

Pourquoi 10 seulement pour le concours externe au corps d’ingénieur des travaux ? Quelles sont les évolutions envisagées ? Quelles sont les prévisions de départs en retraite sur les années à venir ?

Nous revendiquons le maintien des concours, le retour à un nombre de postes adéquat aux besoins, le respect du statut.

Quel avenir pour l’EIVP ?

Nous revendiquons son maintien et son développement.

Il existe une disparité particulièrement marquée des niveaux de primes suivant les directions. Ainsi, dans certaines directions, les ingénieurs en début de carrière touchent le minimum alors que leur technicité et leur disponibilité sont particulièrement sollicitées. Paradoxalement la diversité des postes au sein d’une même direction ne justifie pas cette disparité : de l’encadrement d’un grand nombre de personnel jusqu’au poste rattaché au directeur. Comment les primes sont-elles distribuées ?

Nous revendiquons un niveau moyen de primes en début de carrière pour tous les ingénieurs.

Dans les directions, les indemnités pour astreinte sont dérisoires. Quelles sont les différentes primes d’astreinte pour les ingénieurs selon les directions et selon les astreintes ?

Nous revendiquons leur revalorisation.

Cette situation dégradée des conditions de rémunération, de promotion et d’évolution des ingénieurs est aggravée par le plan d’économie de 130 millions d’euros sur le budget de fonctionnement adopté par le Conseil de Paris de décembre 2014 : au travers des réorganisations ou des demandes des élus ou de la hiérarchie en contradiction avec le bon fonctionnement du service public, l’administration demande aux cadres dont les ingénieurs encadrants de mettre en œuvre des réformes qu’ils ne partagent pas. C’est pourquoi la CGT demande l’arrêt des réorganisations en cours à la ville et de l’application parisienne du Pacte de Responsabilité qui, avec les 11 milliards d’euros d’économie exigés pour les collectivités territoriales, fait peser lourdement sur les cadres les réductions de postes et de moyens matériels.

La CGT demande le retrait du Pacte de Responsabilité. La CGT s’oppose à la mise en place du Grand Paris qui s’inscrit dans ce cadre, constitue une remise en cause de notre statut, une menace pour l’existence même de l’EIVP, et signifie en réalité le transfert au privé de missions de services et de personnels.

C’est la raison pour laquelle la section CGT des ingénieurs appelle à la grève et à rejoindre les agents de toutes directions et tous corps confondus sur le parvis de l’Hôtel de Ville le 9 avril 2015 à 10h puis à participer au cortège national de ce jour de grève interprofessionnelle appelée au niveau national par la CGT, FO, Solidaires et la FSU pour le retrait du pacte de responsabilité et le retrait de la loi Macron !

Lien sur fichier en PDF :