UGICT-CGT Syndicat des Cadres et Techniciens Parisiens des Services Publics Territoriaux
2eme étage Bureau 217 Bourse du Travail 3, rue du Château d'eau - 75010 Paris.
Tel : 01 44 52 77 13
Fax : 01 44 52 77 29
Actualités par années :

Lettre à la direction de la DPA des organisations syndicales UCP et CGT.

Mardi, 19 Mai, 2015 - 11
Lettre DPA BML MA  UCP et CGT

Le 7 mai, une réunion syndicale, à l’initiative des organisations syndicales CGT et UCP, a réuni des agents des services concernés par la fusion du BML (Bureau des

Moyens et de la Logistique) et de la Mission Achat.
Les agents réunis, avec leurs organisations syndicales, ne voient pas l’intérêt d’une telle fusion. La direction explique que l’intérêt de cette fusion réside dans la mutualisation des achats.

Quel avenir pour les autres missions assumées jusqu’à présent par le BML ?

Car en plus d’une mission d’achats, elle assume bien d’autres missions toutes aussi essentielles au bon fonctionnement des services de la DPA.
C’est pourquoi les agents, avec leurs organisations syndicales, exigent le maintien de l’ensemble des missions, à savoir : logistique-accueil, reprographie, archivage, TAM, et enfin budget/comptabilité. En ce sens, les agents revendiquent le maintien de tous les postes, le rétablissement de l’ensemble des postes supprimés, la titularisation de l’ensemble des contractuels.

Et un certain nombre d’inquiétudes se font jour :

  • Un poste d’Adjoint Technique à la logistique qui a été rendu en 2014
  • Un poste d’adjoint Technique à la reprographie il y a quelques années
  • ce sont 4 postes qui sont d’ores et déjà supprimés en 2015
  • 6 agents contractuels, dont une partie importante voit leur contrat arriver à terme. Tous effectuent des missions permanentes et nécessaires au bon fonctionnement de la DPA. Quelles solutions ? Il s’agit pour la plupart d’agents qui ne peuvent voir leur contrat renouvelé. La seule solution, n’est-ce pas la titularisation ?
  • Le déménagement du quai de la Râpée, annoncé dernièrement aux organisations syndicales après l’ensemble des agents, va impacter ces services. Quelle conséquence pour les agents des étages ?

Enfin, les suppressions vont également entrainer un accroissement de la charge de travail pour la Mission Achat. L’objectif réel est donc de supprimer des postes, et d’expliquer ensuite que des missions doivent être privatisées. C’est le sens des entretiens individuels, où l’on demande aux agents du BML et de la Mission Achats de décrire leur travail, toutes les missions qu’ils effectuent.

Le fait de regrouper la Mission Achat au sein d’une structure plus large, n’est-ce pas le moyen de préparer de nouvelles externalisations de missions ?

Ainsi, quand la direction déclinera les 10% d’effectifs en moins, elle pourra organiser l’externalisation de la reprographie, de l’archivage, des  TAM, etc, missions effectuées jusqu’alors par les agents de la DPA !

Cela ne ressemble-t-il pas aux futures « Subdivisions exploitation technique » ou « Subdivisions études et travaux », où entreprises privées et régie sont placées sous une seule autorité, chargée d’arbitrer, au fur et à mesure de la suppression des postes en régie, le passage au privé ? On demande donc à chaque étape aux agents de mettre en place la privatisation. Mais les agents ne sont pas pour la destruction de leurs conditions de travail. Ils s’opposent et continueront de s’opposer à ces orientations, jusqu’à ce qu’elles soient abandonnées.

Bien que la direction s’en défende, c’est bien la traduction concrète aujourd’hui du projet de direction : « raccourcissement des chaînes hiérarchiques »= suppressions de postes ; « mieux vivre au travail » = demander aux agents de choisir quelles missions ils souhaitent voir externalisées, missions souvent essentielles à l’accomplissement du service public, missions support qui apportent une aide précieuse aux autres services.

C’est pour toutes ses raisons que la CGT et l’UCP  demandent à être reçues dans les plus bref délais, afin d’obtenir des réponses. Elles vous informent par ailleurs qu’elles s’inscrivent dans une démarche intersyndicale plus large, afin de bloquer ces orientations néfastes au service public, au statut et aux conditions de travail des agents de la fonction publique.

Lien sur fichier en PDF :