Syndicat CGT des Personnels du Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris
23 - 25 rue Bobillot 75013 Paris.
Tel : 01 53 80 97 60
Fax : 01 53 62 94 25
Actualités par années :

La Ville choisit le privé... et se plante !

Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans _menu_load_objects() (ligne 579 dans /homepages/34/d169115105/htdocs/us_2013/includes/menu.inc).
Vendredi, 28 Novembre, 2014 - 22
La Ville choisit le privé... et se plante !

Les élections professionnelles auront lieu le 4 décembre 2014. Une multiplication des scrutins ne facilite pas la compréhension du processus de vote pour les agents du CASVP (CT, CAP) pour le titre III et pour le titre IV (CTE, CAPL, CAPD), notamment par l'envoi postal de 2 enveloppes (titre III) ou de 3 enveloppes (titre IV).

Historique

Jusqu'aux dernières élections professionnelles, la mise sous pli des bulletins de vote et des professions de foi était assurée conjointement par tous les syndicats qui se réunissaient dans les services centraux, à un jour défini. Ils effectuaient la mise sous pli dans une ambiance bon enfant, sous le contrôle des agents du bureau du statut.
Aucune contestation n'a jamais été enregistrée sur ce procédé, ni sur son aboutissement (la réception du matériel de vote en bonne et due forme par tous les agents.)

Le choix du privé pour la mise sous pli

Dans une société, où la tendance est à la délégation au privé de tâches qui pourraient être effectuées par le service public, le CASVP décide de confier à une société privée de routage la mise sous pli et l'envoi du matériel électoral pour le scrutin du 4 décembre 2014.

La CGT avait vivement contesté cette manière de faire en réunion préélectorale, mais certaines organisations y trouvaient leur compte et ont approuvé la décision de l'administration.

Le coût de l'opération n'a jamais été dévoilé malgré nos demandes.

Par contre, la mise sous pli par des militants syndicaux coûtait 0 centimes au CASVP.

Cette concession au privé s'avère désastreuse

Des professions de foi ont été omises dans les envois par poste...
Le pompon étant décroché sur la CAP des agents sociaux (1200 agents concernés) où les 2 enveloppes nécessaires au vote par correspondance n'ont pas été jointes.

Conséquences

Sur la CAP, la plus importante du scrutin, des agents sont maintenant en grande difficulté pour voter par correspondance. Un nouvel envoi d'enveloppes sur les SLRH (services du personnel des établissements) aurait été effectué par les services centraux. Entre-temps, des agents ont voté directement en utilisant l'enveloppe T (vote nul), d'autres désabusés ont renoncé à voter. Les agents en congés annuels sont privés d'expression...

Le fait d'effectuer deux ou trois envois postaux distincts ont dérouté de nombreux agents qui ont cru à une erreur de l’administration et n'ont conservé qu'une seule enveloppe. Certains agents ont reçu toutes les enveloppes en même temps d'autres une par une avec jusqu'à 3 jours de différence...

La réunion du 24/11/2014 à Diderot

En catastrophe et à la demande de la CGT, la direction du CASVP mise devant le fait accompli, ne pouvant nier le raté de la société de routage réunissait en urgence les organisations syndicales.

A aucun moment lors de cette réunion, le CASVP n'a reconnu son erreur de confier à un prestataire privé la mise sous pli du matériel électoral.

Pour le CASVP, tout va bien, les enveloppes manquantes vont être acheminées dans les SLRH et les agents devraient pouvoir voter par correspondance, s'ils viennent retirer les fameuses enveloppes. De toute façon ils peuvent voter physiquement le 4 décembre... (fermer la parenthèse)

La CGT a demandé la mise à disposition des enveloppes manquantes aux organisations syndicales (refus de la direction).

La CGT a demandé lors de cette réunion un temps élargi pour que les agents puissent voter physiquement sur leur temps de travail, notamment les agents itinérants comme les aides à domicile (dont les plannings devraient être largement déchargés) et ceux qui sont éloignés des bureaux de vote (agents des clubs, résidences appartements...)

La réponse cinglante du SRH

Les aides à domicile disposent d'un temps de pause (30mn) qu'ils peuvent utiliser à cet effet.
A l'issue de cette réunion, rien n'a été acté sur des facilités pour aller voter physiquement dans les meilleures conditions...
Une posture qui en dit long.

Qui a intérêt à ce que les agents sociaux s'abstiennent ?

Nous pouvons nous poser la question puisque certaines organisations syndicales au plus près de la direction se réjouissent en coulisse de cette situation.

La direction et la mairie de Paris savent pertinemment que tous les cadres utilisent le vote par correspondance et s'expriment fortement en s'abstenant très peu.

Exemple : Lors des dernières élections professionnelles, les attachés administration ont voté à 81% et plus exclusivement pour l'UNSA 53%, l'UCP 37%, la CFDT 9%.

Il faut que les agents sachent que ces syndicats comportent dans leur rangs bon nombre de directeurs d’établissement ou de chefs de service en central. La direction, comme la mairie de Paris a donc intérêt qu'ils montent lors du scrutin du 4/12.

La question que doivent se poser les salariés : Comment un syndicat qui compte dans ses rangs « des patrons » va t-il faire pour défendre un agent de catégorie B ou C en difficulté qui ferait appel à lui ? Comment un agent de la 11ème section pourrait être défendu par l'UNSA, alors même que le directeur de l'établissement se présente sur ses listes ? Etc...

L'abstention des agents sociaux

Les agents sociaux ont voté seulement à 47% lors des dernières élections et principalement parce qu'ils n'ont pas eu les facilités nécessaires pour s'exprimer sur leur temps de travail. 43 % ont voté pour la CGT.

Le scrutin du 4 décembre a du plomb dans l'aile, mobilisons !

La CGT engage tous les collègues à se mobiliser pour une participation maximum au scrutin du 4/12 :

• Parce que c'est essentiel pour notre avenir professionnel.
• Parce que nous ne pouvons pas tout déléguer aux syndicats « signent tout ».
• Parce que s'abstenir serait donner raison aux réformes en cours.
• Parce qu'une représentativité forte, c'est plus de poids pour défendre nos revendications.
• Parce que ce scrutin est unique dans la fonction publique, tous les fonctionnaires de France étant amenés à voter le même jour.
• Parce que dès 2015, il faudra être en mesure de riposter à l'attaque de nos acquis.

NE DÉLÉGUONS À PERSONNE LE POUVOIR DE DÉCIDER DE NOTRE AVENIR,
DE NOS CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL.
C’EST EN RÉSISTANT QUE NOUS VERRONS NOTRE SITUATION S’AMÉLIORER.

VOTONS PHYSIQUEMENT
EN MASSE LE 4 DECEMBRE !

Lien sur fichier en PDF :