SYNDICAT CGT DE LA PETITE ENFANCE DES SERVICES PUBLICS PARISIENS
Bourse du Travail - 2e étage - Bureau 208 3, rue du Château d'eau - 75010 Paris.
Tel : 01 44 52 77 08
Fax : 01 44 52 77 29
Adresse Mail : cgt-pe@hotmail.fr
Actualités par années :

1ere audience : le compte n’y est pas !

Mardi, 10 Juin, 2014 - 18
1ere audience : le compte n’y est pas !

Lundi 2 juin, la CGT  Petite Enfance a été reçue près de 2 heures pour une 1ere audience, par Xavier Lacoste, directeur des ressources humaines de la Ville de Paris, Florence Pouyol, directrice de la DFPE, Mme Lancestremere sous-directrice et Mr Laurier de la DRH de la DFPE.

La CGT PE exposé la situation difficile de nombreux établissements et fait part de plusieurs revendications.
Bref bilan, « à chaud », des « réponses » qui nous ont été apportées.

  • La CGT propose un recrutement massif permettant d’améliorer les conditions de travail et de limiter les absences.

La Ville n’entend pas recruter du personnel au-delà de qui est prévu.

  • La CGT propose  la création d’une école / filière de formation de personnels de la Petite Enfance.

La Ville n’y répond pas. Elle envisage des efforts de recrutements d’apprentis.

  • La CGT demande des revalorisations de primes, en particulier pour les bas salaires. Elle demande aussi que la Prime Petite Enfance soit 100% fixe.

La Ville considère que des efforts substantiels ont déjà faits pour le régime indemnitaire des catégories C en particulier pour les ATEPE. Elle n’envisage pas d’autre revalorisation de prime.

  • La CGT a soulevé  les difficultés rencontrées par les responsables en particulier avec l’augmentation des tâches administratives.

La DFPE n’y répond pas.

  • La CGT demande de suspendre la mise en place du logiciel SIPË et des badgeuses  pour évaluation de son impact sur les conditions de travail.

La DFPE ne répond pas.

  • La CGT demande un « intéressement » pour le corps de remplacement  et un corps qui soit doublé.

Seul effort envisagé par la Ville et la DFPE : rendre « plus attractif » le corps de remplacement (par un « intéressement »  les primes ou le déroulement de carrière) et stabiliser un corps de 200 agents de remplacement (sur la base de professionnelles expérimentées et volontaires).

Le compte n’y est pas.
 

 

Lien sur fichier en PDF : 
Texte similaire ou de reference :