Union Syndicale CGT des Services Publics Parisiens
Bourse du Travail - 2 étage 3, rue du château d'eau - Paris 10e Métro : République
Tel : 01 44 52 77 05
Fax : 01 44 52 77 29
Adresse Mail : syndicat-cgt@paris.fr
Site Internet : http://us-cgt-spp.org/
Actualités par années :

DES « CÉGÉTISTES » VEULENT EXPULSER DES SYNDICALISTES DE LA BOURSE DU TRAVAIL !

Jeudi, 14 Juin, 2018 - 13
NON A L’EXPULSION DES SYNDICATS CGT DE LA BOURSE DU TRAVAIL

DES « CÉGÉTISTES » VEULENT EXPULSER DES SYNDICALISTES

DE LA BOURSE DU TRAVAIL DE PARIS !

 

 

La CGT va-t-elle perdre sa place de premier syndicat dans la fonction publique lors des prochaines élections professionnelles prévues à la fin de l'année ?

C'est, semble-t-il, l'objectif de Baptiste Talbot, le patron de la fédération CGT des territoriaux. En effet, ce dernier multiplie les attaques contre la CGT de la Ville de Paris depuis au moins dix-huit mois. Dernier épisode en date sa volonté d'expulser nos militants… de la Bourse du Travail de Paris. Pas seulement de leurs bureaux, non, Baptiste Talbot voudrait aussi leur interdire de réserver des salles pour réunir les personnels ! Une méthode tellement hallucinante que le secrétaire général de l'Union Départemental (UD) de Paris, qui regroupe tous les syndicats CGT de la Capitale, publics comme privés, a dû faire un courrier cinglant en retour pour dénoncer ces atteintes « au fédéralisme et au principe d'autonomie des organisations ».


C'est que la CGT de la Ville de Paris subit des attaques internes sans précédent depuis bientôt deux ans. Tout commence quand le syndicat du nettoiement échoue à garder le contrôle de notre organisation lors d'un congrès en février 2017. Mis en minorité (après avoir échoué à faire voter 82 personnes au lieu des 71 prévues pour ce syndicat), le syndicat du nettoiement décide de scissionner, avec le soutien actif…de Baptiste Talbot !


Dans les semaines et les mois qui suivent, le patron de la fédération va crescendo dans les menaces et intimidations à l'égard de nos syndicats : interdiction de tenir nos congrès, injonction à Anne Hidalgo, la maire de Paris, de ne plus nous reconnaître et ne plus inviter nos délégués élus par les personnels, tentative de mise sous tutelle des syndicats, tentative de saisine de leur compte bancaire. Toutes ces tentatives de contrôle ayant, évidemment échouées, est donc venu le temps de chasser des « camarades » de leur bureau pour les empêcher d'exercer toutes activités syndicales.


Ce conflit oppose 2 visions de la CGT. Notre vision ce sont des pratiques permettant la participation de toutes et tous, l’entraide et la solidarité. Les méthodes des coups de force, de rapports violents et des mensonges de certains, soutenues par la Fédération, sont délétères pour les syndicats et la défense des salariés. Ce sont ces pratiques que nous combattons et qui nous oppose.


L’Union Syndicale et ses syndicats en appellent maintenant à la Confédération et à Philippe Martinez pour mettre fin immédiatement à cette stratégie mortifère, sous peine d'affaiblir durablement, voir de faire disparaître, la CGT du paysage syndical à Paris.


Cela aurait pour conséquence la perte pour la CGT de sa première place comme organisation dans le secteur public, vu le poids de la Ville de Paris dans le calcul des résultats.

 

Lien sur fichier en PDF :