Union Syndicale CGT des Services Publics Parisiens
Bourse du Travail - 2 étage 3, rue du château d'eau - Paris 10e Métro : République
Tel : 01 44 52 77 05
Fax : 01 44 52 77 29
Adresse Mail : syndicat-cgt@paris.fr
Site Internet : http://us-cgt-spp.org/
Actualités par années :

Dans la continuité du 6 février : Toutes et tous en grève le 18 mars 2014

Mercredi, 5 Mars, 2014 - 17
Dans la continuité du 6 février : Toutes et tous en grève le 18 mars 2014.

Manifestation Nationale à Paris

Pour protéger notre système social

 

François Hollande, le Président de la République, en visite officielle aux Etats-Unis, fait applaudir Pierre Gattaz, le président du MEDEF en conférence de presse.

Dès lors, le monde entier a bien compris que la France s’est définitivement tournée du côté obscur de la finance et des patrons mais sûrement plus du côté des travailleurs, précaires, chômeurs, retraités de ce pays.

Cet effet de manche donne un nouveau souffle aux patrons du CAC 40 mais toujours pas à ceux qui produisent de la richesse dans notre pays.

Ça suffit !


LE MARDI 18 MARS 2014

RENDEZ VOUS TOUTES ET TOUS ENSEMBLE

A 13 HEURES 15 A MONTPARNASSE

( place du 18 juin 1940 )

EN GREVE ET EN MANIFESTATION

 

Stop aux cadeaux pour les patrons du CAC 40 et les actionnaires

(+ 18 % de dividendes versés aux actionnaires en 2013)

 

Cette journée doit être une date historique

dans la lutte pour la défense de nos acquis.

Le MEDEF impose ses dictats au gouvernement. Ils veulent toucher à la branche famille pour un détournement de 36 milliards d’euros.

Le pacte de responsabilité que François Hollande a signé avec le MEDEF est irresponsable.

Comment fonctionne aujourd’hui la Protection Sociale que le Medef veut supprimer à grands pas ?

  • La protection sociale : Les cotisations sont réparties entre les salariés et les employeurs à l’intérieur même du salaire (cotisations salariales/cotisations patronales).

     
  • Le salaire socialisé : Toutes les cotisations récoltées sont mises dans un « pot commun » et quand j’ai besoin de me soigner, j’ai les mêmes droits que je sois ouvrier, ingénieur ou chômeur.

    Ainsi, les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de tous car nous sommes tous des assurés sociaux : C’est la Solidarité !

 

« Chacun paye selon ses moyens et reçoit selon ses besoins »

C’est le pilier de la Sécurité Sociale imaginé par le Conseil National de la

Résistance (CNR) en 1945 que le patronat est en train de mettre à terre.

 

Oui, aujourd’hui, pour les patrons, le coût du travail est trop important alors, le président et son gouvernement, contre les promesses faites en campagne électorale, organisent des exonérations toujours pour les mêmes : les patrons et les actionnaires.

 

 

Exemple (cf Fédération CGT des organismes sociaux)


Pierre gagne le SMIC : 1445,38 € bruts par mois, soit 1085,62 € nets Il cotise 359,76 €

Son employeur devrait payer 637,99 € (en théorie)

Sauf que par la magie de différentes lois et pactes signés entre les gouvernements successifs et le patronat, les employeurs sont exonérés de payer certaines cotisations sociales.

Ainsi, en vérité, Pierre cotise toujours 359,76 € et son employeur seulement 262,19 €

Manque à gagner pour le système un peu moins de 400 euros.

Voilà comment le « trou » de la sécurité sociale est fabriqué !

 

Une seule solution, pour plus de cotisations :

  • Augmentation des salaires.
     
  • Dégel du point d’indice pour tous les fonctionnaires.
     
  • Déprécarisation de tous les personnels précaires dans les fonctions publiques.
     
  • La création d’emplois c’est la création de richesse c’est moins de chômage.

 

A la ville de Paris :

    Il est grand temps que le maire de Paris mette en place un véritable contrat employeur public. L’ensemble des agents doit être couvert à 100 % dans le domaine de la santé et de la prévoyance.

    Il faut couvrir toutes les pertes de salaires et indemnitaires en cas de maladie ou d’accident de travail.

    Fort du service obtenu avec la CGT, après l’abrogation de la journée de carence, et l’augmentation de l’APS annuelle aux agents ayant un indice inférieur à 499, il nous faut poursuivre notre action.

 

Il faut exiger par notre mobilisation,

  • l’arrêt des exonérations patronales !
     
  • le maintien des cotisations patronales !
     
  • le maintien des allocations familiales dans le système de sécurité sociale !
     
  • une négociation avec le maire de Paris (contrat employeur public) !

 

Faisons que le chômage soit hors la loi

et nous gagnerons la survie de notre protection sociale.

 

Seule l’action unie des salariés devant l’Hôtel Matignon permettra le changement de leur politique au profit des entreprises du CAC 40, des actionnaires soutenus par le MEDEF et de nos gouvernants.

 


TOUS ENSEMBLE DANS L’ACTION

LE 18 MARS PROCHAIN C’EST AUSSI L’OCCASION DE BLOQUER

LA POLITIQUE DU GOUVERNEMENT

Manifestation unitaire, régionale CGT, FO, FSU, Solidaires

 

 

Lien sur fichier en PDF :