Crèches, les familles vont payer, le privé va en profiter

Jeudi, 12 Juillet, 2018 - 20
Crèches, les familles vont payer, le privé va en profiter

Coupe du monde (et communication) oblige, Macron a reporté le détail des mesures d’un « plan pauvreté ».

Lors de la grande messe du congrès de Versailles qui a coûté près de 300 000 euros, Macron 1er a tout de même fait quelques annonces, dont la création de 30 000 places en crèche sur 5 ans, soit 6000 par an.

Ce que n’a pas dit Macron c’est que pour financer ces éventuelles créations il est question d’augmenter de 2 % par an, pendant cinq ans, le reste à charge des familles.
Au bout de 5 ans cette augmentation annuelle serait considérable! La garde d’un enfant de moins de 3 ans, un couple où chacun perçoit un SMIC (moins de 1200 euros net)  débourserait  20 euros de plus par mois, soit 240 euros à l’année. Pour un couple où chacun perçoit 1800 euros par mois la hausse serait de 30 euros par mois, soit 360 euros à l’année !
La mesure épargnerait les plus défavorisés, les ménages gagnant moins que 1,2 Smic. Après les allocations familiales, ce serait un nouveau recul sur l’universalité des prestations de plus en plus limitées aux plus pauvres.
Cette augmentation permettrait à l’Etat de faire une économie de plus de 100 millions d’euros.
Le gouvernement entend aussi baisser les dotations allouées au Fonds national d’action sociale (FNAS) de la CNAF Chargé de financer les dépenses de l’enfance et de la jeunesse. Les communes seront donc elles aussi mises à contribution. Car le reste à financer par place pour les communes augmenterait de 22 %, . Augmentation insupportable pour des communes «pauvres» où les besoins sociaux sont importants. Communes qui ne pourraient plus...créer de places.

Le gouvernement annonçait déjà vouloir poursuivre la déréglementation de l’accueil des jeunes enfants en autorisant les gestionnaires déroger aux règles existantes (taux d’encadrement, part de professionnel-le-s qualifié-e-s, …), bref créer des places avec moins de personnel, « faire plus avec moins ».

Ce nouveau dispositif  serait une nouvelle entrave à l’augmentation du nombre de places d’accueil dans les communes qui en ont le plus besoin! Le gouvernement pourra alors dire que ce n’est pas de sa faute mais celle des communes...et récupérer les budgets non dépensés!
Ce serait aussi un nouvel encouragement à déléguer ces missions au privé, dont la part ne cesse d’augmenter.